M

Compte rendu subjectif de l'assemblée du M6R

Le 6 juin dernier se tenait la première assemblée représentative du M6R (Mouvement pour la Sixième République).

J'étais présent à cette journée, en tant que représentant élu du mouvement (pour la région PACA).

Cet article constitue un compte rendu personnel de cette journée et de mes impressions. Le compte rendu officiel du M6R se trouve ici. Vous pouvez aussi écouter l'ensemble des débats de la journée en audio ici.

Assemblée du M6R : photo de groupe - Devant le palais de la découverte

M6R ? Quésaquo ?

Le M6R, lancé par Jean Luc Mélenchon en septembre 2014, est un mouvement citoyen, qui appelle à la réécriture de la constitution française par une assemblée constituante.

L'appel du M6R :

Je demande l’élection d’une assemblée constituante qui fonde, avec les citoyens, la 6e République. Une République débarrassée de la monarchie présidentielle et fondant les nouveaux droits personnels, écologiques et sociaux dont notre pays a besoin.

Le mouvement compte plus de 90000 signataires, et s'organise autour d'un réseau social dédié (Nous Le Peuple).

Après des débats virulents entre partisans du tirage au sort (dont les Gentils Virus) et certains initiateurs du M6R, le comité d'initiative avait finalement proclamé une assemblée représentative tri-partite :

  • 50 tirés au sort
  • 100 élus parmi les signataires (sur Nous Le Peuple)
  • 30 "nominés" parmi des personnalités et initiateurs du mouvement

Un passage de relais

L'un des enjeux de cette journée était de faire un passage de relais, depuis JLM (son initiateur) et le comité d'initiative du mouvement (proches du parti de gauche), vers un mouvement plus horizontal, citoyen.

J'avoue que j'y allais avec quelques craintes; tant sur les intentions profondes des initiateurs du mouvement (manœuvre électoraliste) , que par les cicatrices laissées par les débats (ou pugilats) sur le tirage au sort en politique.

Déroulement

La journée s'est déroulée dans une salle de conférence au Palais de la Découverte, à Paris, avec une retransmission audio en directe des débats.

La journée à commencé avec une introduction de Jean Luc Mélenchon, qui a officiellement annoncé son retrait de l'organisation du mouvement (rendre les clefs), afin d'écarter les suspicions de récupération électoraliste et de permettre son émancipation hors du PG/FDG. La fin de cette allocution était assez encourageante, voire galvanisante.

Les séances plénières se sont ensuite enchaînées tout au long de la journée sur les thèmes suivants :

  • Auto organisation du mouvement
  • Révision de la charte "Nous Le Peuple"
  • Actions extérieures
  • Organisation de la prochaine assemblée

Les débats étaient de haute qualité. Le comportement des participants était assez exemplaire : bienveillance, respect des tours de paroles, du temps de parole, etc ... à mille lieux des commentaires sur les réseaux sociaux, souvent agressifs et peu constructifs.

Débats clefs

Parmi tous les débats qui ont étayés cette journée, plusieurs ont retenu mon attention, et méritent d'être cités ici.

Tirage au sort

Le tirage au sort ne fait toujours pas l'unanimité au sein du mouvement, mais cette assemblée, constituée en partie de tirés au sort, est une expérience grandeur nature. J'ai entendu plusieurs personnes, se disant à priori opposés à l'utilisation du tirage au sort, qui reconnaissaient en cette assemblée preuve de son efficacité :

  • Les tirés au sort sont actifs et investis : Plus de 40% avaient fait le déplacement au Palais de la découverte (contre 20% et 70% pour les nominés et les élus, respectivement)
  • Le recours au tirage au sort à permis d'élargir la représentativité de l'assemblée et de donner la parole à des classes : catégories socio-professionnelles, qui seraient à priori moins enclin à déclarer une candidature

Personnellement, j'ai bon espoir que cette idée fasse son bout de chemin, et qu'on puisse à terme déboucher sur une constituante mixte : avec des élus et tirés au sort citoyens.

Recours à la nomination

Après son discours, JLM s'est physiquement retiré de l'assemblée. Au moment de d'aborder l'auto organisation du M6R, puis plus tard pour l'organisation de la prochaine assemblée, nous étions nombreux à dénoncer le recours à la nomination : Si elle peut avoir un sens pour initier le mouvement, la cooptation n'a pas sa place dans un mouvement qui prétend mettre en place une vraie démocratie.

Cette idée était partagée par une majorité. La faible participation des nominés à l'assemblée (20%), confirmait ce choix : il n'y aura pas de nominés pour la prochaine assemblée du M6R.

Contenu politique de la constitution

Lors de la discussion sur la charte du M6R, le débat s'est attardé sur le rôle du M6R : le but en soi est t'il uniquement de faire advenir une assemblée constituante, ou bien que cette constituante soit un outil pour construire une meilleure société ?

L'opinion a basculé pour cette deuxième option. Le M6R dessine un projet de société qui sera formulé par une nouvelle constitution. L'assemblée constituante sera libre de son écriture, mais influencée par un travail produit en amont.

Venaient alors les discussions sur la stratégie de communication du mouvement : comment affirmer une direction humaniste, sociale et en rupture positive avec le système actuel, sans tomber dans une radicalité de gauche qui empêcherait au mouvement de s'émanciper ?

Pour moi la charte contient encore des formules radicales, qui peuvent éloigner de potentiels signataires. En particulier, plusieurs revendications du paragraphe 4 peuvent effrayer si elles ne sont pas précisées ou argumentées (droit à la propriété "encadré", la monnaie, le patriarcat, etc ...)

Participation aux élections

Dans le choix de stratégie, le recours à l'élection a aussi fait débat. Il semble qu'une majorité tient à ce que le M6R ne devienne pas un parti, et donc, ne présente pas de candidats aux élections.

Pour autant, un intervenant nous a mis en garde sur le risque d’essoufflement du mouvement, s'il n'était pas suivi d'actions concrètes et par une implication dans le système politique en place. Il y a quelques années, un mouvement citoyen lancé par Stéphane Hessel avait souffert de cet écueil .

Plusieurs alternatives ont été mentionnées pour utiliser les élections sans présenter de candidats :

  • Se rapprocher des partis pour faire signer un engagement de campagne pour la mise en place d'une assemblée constituante
  • Présenter des listes M6R, sans appel à voter, ni bulletin de vote : Diffuser uniquement l'appel du M6R via les professions de foi. C'est un moyen de détourner la caisse de résonance médiatique fournie par les élections, pour faire connaitre le mouvement. C'est aussi le choix fait par le mouvement Démocratie Réelle

Impressions générales

A ce jour j'ai plusieurs raisons de me réjouir :

  • La journée était exaltante et passionnante, les débats riches et bienveillants. C'est une bouffée d'air pur qui donne pleinement confiance dans la capacité du peuple à se prendre en main et à gérer les affaires de la cité.
  • Le retrait de JLM du mouvement est une bonne nouvelle pour l'émancipation et la légitimité du M6R
  • L'idée du tirage au sort séduit de plus en plus. Cet essai grandeur nature lui donne de la crédibilité.
  • J'ai rencontré des personnes passionnantes, engagées, désintéressées, ... j'ai en particulier découvert que j'habitais à coté d'un niçois, membre du M6R, spécialiste en droit constitutionnel, et motivé pour tenir un stand à la "fête de l'huma" locale.
  • J'ai ressenti une vraie volonté d'horizontalité du mouvement, et de contrôle démocratique (référendum d’initiative "signataire", révocabilité, etc) qui a toutes les chances de gommer peu à peu les dérives opaques du comité d'initiative.
  • En particulier la mise en place d'un référendum à l'initiative des signataires permettra un contrôle total par les signataires et une gouvernance démocratique du mouvement.

Points négatifs

Il me reste pourtant quelques frustrations et craintes, assez largement abordées par l'assemblée pendant la séance : "Organisation de la prochaine assemblée"

Manque de temps

Certains débats ont été expédiés par manque de temps. L'organisation en séance plénière a certainement joué dans la longueur des débats.

Séance plénières

Les séances plénières, bien que parfaitement modérées et organisées, étaient trop lourdes pour les débats : Cette forme d'assemblée aurait due être réservée à l'introduction de la journée, puis remplacée par des ateliers en petits nombres, sur davantage de thématiques. Le biais le plus néfaste d'un grand groupe est de voir la parole accaparée par les gens à l'aise à l'oral, et de laisser sur la touche les plus timides. Une grande partie de l'assemblée n'est pas intervenue de toute la journée.

Un mouvement intello ?

Sans faire de délit de faciès, La représentativité socio professionnelle semblait pour le moins incomplète : Cadre, professions libérales, profs et étudiants ...

Je suis convaincu que la réécriture de la constitution par le peuple est un enjeu majeur. J'ai pourtant conscience que c'est le cadet des soucis de la plupart des gens en galère.

Il nous faudra faire un effort de communication et de pédagogie particuliers pour lier les problèmes concrets des gens, et leur impuissance politique, aux lacunes institutionnelles de notre république.

Pour y parvenir, Etienne Chouard nous livre un formidable outil : L'arbre des causes. Il faut aller sur le terrain, rencontrer des gens engagés dans des causes (humanitaires, sociales, écologiques), et leur montrer que leur causes sont des conséquences.

Ils réparent les pots cassés qui sont la conséquence de politiques iniques. S'il ne reprennent pas en amont le pouvoir politique en main, ils s'épuiseront toujours sur ces mêmes conséquences.

Comité technique sur la défensive ?

A plusieurs reprises, des membres de l'assemblée ont regretté la place prépondérante du CT dans la marche du M6R et le manque de transparence sur certaines décisions.

On sent également une crainte de certains membres du comité technique à déléguer leur pouvoir / missions aux membres de l'assemblée ou aux signataires.

Pour en avoir parlé récemment avec un membre du CT (et du PG), ce réflexe tient beaucoup aux traces laissées par le débat sur le tirage au sort : La virulence (ou l'efficacité, c'est selon) des gentils-virus sur Facebook et sur la plateforme Nous-Le-Peuple a été perçue par certains membres du CT comme une agression. Certains ont pris les GVs pour un mouvement quasiment sectaire.

Il me semble que c'est une crainte à entendre, ne serait ce que pour mettre de l'eau dans notre vin, avoir une approche bienveillante et constructive, et tenter de convaincre par l'argumentaire plutôt que de braquer les gens.

Le CT craint aussi une infiltration du mouvement par l’extrême droite. Le temps devrait convaincre les membres du CT que les idées minoritaires le resteront aussi parmi les signataires : Il faut leur laisser le temps de déléguer peu à peu leur mission et de gagner en confiance.

Polémique sur le la synthèse des débats et le vote

A venir ...