M

2015: Année record pour le tourisme pédo-sexuel en France : Le gouvernement s’en félicite et multiplie les contrats à l’étranger

Ah non désolé, j’avais mal lu ...

Ah non, excusez moi, j’avais mal lu ... ...il ne s’agit pas de tourisme pédo-sexuel, mais simplement de production et vente-d’armes-létales-à-absolument-n’importe-qui.

La pédo-criminalité c’est caca, mais la fabrication et la vente de mort, c’est politiquement correct / cool :

“C’est un record que l’exécutif ne boude pas. Alors que François Hollande, avant de décoller pour l’Algérie, inaugure ce lundi le salon de l’aéronautique, civile et militaire, du Bourget, il pourra s’enorgueillir d’être le premier président à avoir exporté le Rafale.”

“Dassault ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Depuis le début de l’année, l’avionneur engrange les commandes de Rafale comme jamais. Il y a, bien sûr, ces deux contrats signés l’un avec l’Egypte, qui prend aussi une frégate multimission Fremm pour l’occasion, l’autre avec le Qatar.”

“C’est dans ces deux régions que se trouvent les plus gros clients de la France ces cinq dernières années (Arabie Saoudite, Inde, Emirats arabes unis) “

Si je demande un moratoire, je passe pour un bisounours ?

Pourrait-on se poser, un jour, dans le “pays des drôits de l’hômme”, la question de la pertinence de la vente d’armes à des puissances étrangères ? Amies ou ennemies ?

Serait-ce totalement utopique, ne serait-ce que de réfléchir à la possibilité de :

  • Nationaliser toutes les entreprises françaises produisant des armes ? S’il ne devait rester qu’une mission régalienne, ne serait-ce pas celle ci ? N’est ce pas un risque absolument inconsidéré de laisser des intérêts aussi stratégiques évoluer au gré des caprices du marché ?
  • Réserver la production de ces entreprises à la seule armée nationale, pour notre défense, et en interdire tout commerce, toute vente, à qui que ce soit ? Voire même inscrire ça dans notre constitution (enfin disons la prochaine version, citoyenne) ?
  • Appeler d’autres pays à faire de même, de proche en proche, via des traités avec d’autres nations pacifiques, pour tarir peu à peu le marché des armes ?

Expliquez-moi où mon raisonnement flanche ? Quel est le service apporté à notre société par cette industrie funeste ? autre que de faire du pognon ?

A ce propos, il faut absolument voir Manuel Valls, sur RMC patauger face à l’indéfendable, se noyer dans le vide abyssal de toute valeur : On assiste ici à la mort définitive de la politique qui, dépouillée de tout projet de société, de toute morale, s’évanouit en un mantra plaintif, répété à l’infini :

Croissance, croissance, croissance, ...

Manu, face à son propre néant

S’il ne s’agit que de préserver des emplois ou de doper la croissance, indépendamment de toute morale, alors lançons la France dans une grande campagne de développement du tourisme sexuel, certainement hyper-rentable.

Excusez-moi d’insister sur cette comparaison : je sais qu’elle est choquante. Mais en mirroir, notre indifférence face à l’abomination de la production et de la vente d’engins de mort, comme vulgaires objets de consommation, est terrifiante, voire incompréhensible.

Un marché de 1700 milliards de dollars, ça se stimule

D’après SIPRI, Les dépenses mondiales en armement représentent 1700 milliards de dollars par an.

Voilà, comptez jusqu’à 10, intégrez ce chiffre ... 1700 MILIARDS de dollars par AN ! C’est le PIB du Canada putain de bordel de merde !

Dites vous bien que l’intégralité de ce marché est libéral : Ce sont des boites privées, comme Dassault, Sagem, Thales, Matra, ... qui vendent des armes, comme des aspirateurs. Ils ne répondent pas simplement à un besoin : Ils le créent, c’est la magie de la main invisible du marché.

Vous réalisez la force de coercition d’une industrie qui pèse 1700 milliards ? Vous mesurez son inertie ?

Le fait d’envisager que cette industrie puisse user de tous les moyens possibles et imaginables pour déclencher et maintenir ce besoin (lobbying, corruption, ...) ne relève pas du conspirationisme : C’est considérer simplement qu’une entité, quelle qu’elle soit, n’agit avant tout que pour ses intérêts propres. Dans ce cas, ces intérets sont le maintien d'un état de guerre permanent, et pèsent autant que le PIB du Canada ...

Les fabriquants de mort possèdent des médias ? Pour quoi faire ?

Parmi les moyens de pression de cette industrie, il y a les médias. La quasi totalité des médias français est détenu par une poignée de milliardaires, banquiers ou industriels.

Ceci est, en soi, absolument intolérable pour une nation qui se qualifie de “démocratie”, mais ce n’est pas le sujet :

Parmi ces milliardaires il y a, entre autres, Serge Dassault :

“Outre "Le Figaro", le groupe de Serge Dassault s’est offert il y a quelques jours CCM Benchmark (Copains d’avant, le Journal du Net, l’Internaute ou encore Comment ça marche) et devient le leader des médias français avec 25 millions de visiteurs uniques sur le Web et 12,5 millions sur le mobile.”

Posons nous alors une question : “Quel intéret un vendeur d’armes a t’il à acheter des médias, si ce n’est pour façonner l’opinion publique à une politique guerrière ?”

Acceptons-nous cette réalité, en tant que société ?

Avant toute chose, tentons d'asorber cette réalité ; de la verbaliser; de la conscientiser :

“Une grande partie de notre activité, et donc de notre PIB, et donc de notre richesse, et donc de notre train de vie, repose sur la production d’engins de mort, qui vont exploser et déchirer des chairs, tuer des êtres humains au-delà de nos frontières, au sein de conflits entretenus en partie par cette même industrie."

Les armes vendues sont utilisées : elles mutilent des corps et tuent des êtres humains

Une fois qu’on a intégré cette réalité, plusieurs questions se posent naturellement :

  • Peut on vraiment dire que notre pays est en paix ? ou bien qu’il exporte sa violence ? Comme une entreprise de débarasse de ses déchets ? L’actualité semble nous donner, hélas une partie de la réponse.
  • A t’on le droit de s’étonner, quand on fabrique et exporte de la mort et de la souffrance à hauteur de plusieurs milliards de dollars par an, qu’une petite partie de ce karma nous revienne dans la gueule violemment, quelque soit d’ailleurs la forme de cette violence.
  • Le terrorisme attaque t’il vraiment le jambon-beurre, la liberté et la joie de vivre ? Ou bien nous rappelle t’il violemment les contrats tacites et les pilliers honteux sur lesquels reposent en partie cette abondance ?

Je suis désolé pour la violence de cet article, et la rudesse du paralèlle, mais je viens juste de conscientiser tout ça, de le réaliser, comme une macabre épiphanie.